• Ça y est, je suis de retour dans ma belle vallée perdue.

    Ça fait 10 jours déjà que je suis rentré de Paris où j'ai été hospitalisé une semaine au Val-de-Grâce en neurologie et où j'ai donné une journée de cours la veille de mon départ, mais je n'ai plus trop le temps de m'occuper de mon blog. Il y a tant de choses à faire après ces 15 jours d'absence et si lentement avec mon handicap visuel.

    La solitude rurale en ce calme automne me change de la dernière semaine passée en région parisienne car j’ai eu le bonheur d'avoir été invité tous les soirs chez des amis (plus de la moitié des midis et quelques goûters et autres prédîners apérifants…) dès le jour de ma sortie de l'hôpital et jusqu'à celui de mon départ !  Agenda de ministre qui ne m'a pourtant et malheureusement pas permit d'arriver à revoir tout le monde.

    En reprenant la route, j'avais grand regret de quitter la famille et tant d'amis. Heureusement, une fois de retour chez moi, la vision sereine du paysage, l'air pur et le soleil (encore présent la semaine dernière) ont eu vite fait d'atténuer la nostalgie de l'agréable tourbillon des rencontres amicales. Et puis, depuis mon retour, j'ai quand même été deux fois dîner chez des amis corréziens et, ce samedi, c'est la fête des voisins à Moustoulat ! Alors…


    Vue depuis ma chambre d’hôpital (je n'étais malheureusement pas côté jardin).
    0193_Chambre.jpg
    Vue depuis mon potager (y'a pas photo )

    0193_Chaise.jpg
    Côté santé, mon séjour au Val s’est plutôt bien passé à part une chambre partagée avec un homme politique (j'aurai l'occasion d'en reparler) et la ponction lombaire qu’ils m’ont ratée la première fois (4 tentatives en tout… Pas hyper follement agréable du tout…). Je leur avais pourtant dit qu’ils auraient du mal à cause d’une vertèbre lombaire basculée mais… booo, pffff… ils m’ont quand même envoyé une débutante (une externe, je pense) qui n’a pas réussi la délicate opération et la jeune interne n’a pas fait mieux. Trois essais coup sur coup. Un 4e et je tournais de l’œil. Le lendemain matin, avec une personne plus expérimentée et malgré ma légitime appréhension, c’est passé tout seul, un peu plus haut que la vertèbre rebelle…
    Après quelques examens et beaucoup d'heures à bouquiner dans le beau parc de l'hôpital militaire (ou à deviser car j'ai droit à quelques biens agréables visites), les médecins m’ont diagnostiqué (n’ayant rien découvert d’autre) une névrite optique rétro bulbaire d’origine virale (inflammation du nerf optique due à un virus…).

    Sont donc éliminés les problèmes oculaires et les maladies graves du type sclérose en plaque (c'est déjà beaucoup ! )

    D’après eux, ça devrait se soigner tout seul… Ils ont d’ailleurs « décidé » que ma vision s'était déjà nettement améliorée. Je ne sais pas d’où ils ont sorti ça (mauvaise interprétation de mes graphiques ?) car, moi, je constate l’inverse  Mais au Val comme ailleurs, on vous entend mais on ne vous écoute pas forcément (quand ce n'est pas l'inverse ) [Article 1 : le patient est a priori malade ! Ses capacités de réflexion et d'analyse sont donc bien inférieures à celles des personnes en bonne santé qui le soignent]. "font-family: arial,helvetica,sans-serif; font-size: 12pt;">. Toujours d'après eux, je devrais récupérer une vision normale d'ici quelques semaines
    Curieusement, ils m'ont strictement interdit de continuer à surveiller l'évolution du scotome. J'espère que ce n'est pas pour que finisse par m'habituer à mon problème de vue et que j'arrive à ne plus y penser.
    Mais, comme il est particulièrement difficile d'interdire à un poisson de nager… j'ai fait très vite quelques recherches et de nouvelles observations.

    Côté recherche
    • Dans le cas d'une névrite optique d'origine virale, le nerf optique cicatrise effectivement sans traitement et, dans 90 % des cas, la vision s'améliore voire redevient normale après plusieurs mois (pas quelques semaines… sauf si l'on joue sur les mots). Mon ostéopathe m'a confirmé que la cicatrisation du système nerveux était très longue. Elle pense qu'il me faudra au moins un an pour récupérer.
    • La névrite optique peut effectivement être d'origine virale mais aussi bactérienne et là, comment ne pas repenser à la très sous-estimée maladie de Lyme, transmise par les tiques et très répandue par chez nous (les neurologues du Val ont tout de suite repoussé cette éventualité mais sans donner aucune raison…).

    Côté observations
    • Le scotome a toujours la même taille. La zone est toujours très floue et sans couleur (le bleu du début a lui aussi disparu depuis un bon mois et demi). Donc, aucune amélioration de ce côté-là.
    • J'ai de plus en plus souvent des phosphènes très lumineux (apparus il y a un mois) mais c'est peut-être un effet de la cicatrisation (???). J'aurais bien aimé pouvoir en discuter avec un chercheur spécialisé dans le fonctionnement du nerf optique car mon esprit scientifique (pas complètement enfoui depuis ma pourtant lointaine vie universitaire) trouve ça quand même très intéressant. Mais je n'ai malheureusement pas ce personnage dans mes relations


    Une affaire à suivre donc sans trop d'inquiétude mais aussi sans impatience
    (si les choses ne s'aggravent pas…)


    Le scotome aujourd'hui.

    Tous les tests faits au Val l'ont été sur une base de vision de la luminosité qui ne pose, comme on le voit en bas, pas vraiment de problème. Pour des tests sur la vision des couleurs, il m'aurait fallu changer d'hôpital.

    0193 Vision

    Phosphènes "lenticulaires"
    Ils se produisent de plus en plus souvent, plutôt le soir, avec le même aspect
    et avec un déplacement à la bordure gauche du scotome toujours dans le sens horaire.
    Si l'animation ne fonctionne pas, il faut essayer avec un autre navigateur !

    0193_Phosphene.gif

     

    Signature Carpeau

    Pin It

    9 commentaires